Groenland, la fonte des glaces et le niveau de la mer

Je retourne au Groenland, ma pensée s’étant affinée depuis mon dernier article à ce sujet. Pendant deux semaines j’ai tourné les chiffres du AR5 dans tous les sens, Excel à l’appui, et je suis d’autant plus convaincu que le GIEC sous-estime la vitesse de fonte et que, de ce fait, ses prévisions pour la montée du niveau de la mer sont complètement à côté de la plaque.

Le Résumé à l’intention des décideurs de l’AR5 (Assessment Report n°5) dit peu sur la fonte des glaces du Groenland. On apprend quand même des choses précises :

  • Entre 1992 et 2001 le Groenland a perdu en moyenne 34 km3 de glace chaque année.
  • Entre 2002 et 2011 le Groenland a perdu en moyenne 215 km3 de glace chaque année.

Il ne faut pas être statisticien pour comprendre que l’on peut lire ces valeurs de deux façons complètement différentes : soit (A) le Groenland semble perdre environ 180 km3 de glace d’une décennie à l’autre ; soit (B) le taux de perte de glace augmente d’une décennie à l’autre d’un facteur de 215÷34=6,32.

Dans le premier cas, la glace du Groenland mettra 15.000 ans pour fondre ; et là, même moi, je reconnais qu’il n’y a pas d’urgence.

Dans le second, toute la glace du Groenland aura fondu d’ici le début des années 2140 ; et ça, ce n’est plus la même histoire, parce que le niveau de la mer sera monté de 7-8m. C’est l’illustration parfaite de la terrible puissance d’une courbe exponentielle.

J’ose affirmer que le scénario A n’a aucune chance de se réaliser. Cela voudrait dire qu’après une forte croissance pendant une période de 20 ans, la fonte se stabiliserait à son niveau actuel, alors que le réchauffement global continue. C’est impensable. C’est pourtant ce que l’AR5 nous dit. La hausse du niveau de la mer serait de 98cm à la fin du 21e siècle, au pire des cas, peut-on lire à la page 18 du Résumé à l’intention des décideurs, et la contribution maximale de la fonte des glaciers y serait de 35% seulement.

Alors, peut-on penser que la réalité tombera entre les deux scénarios A et B ? Peut-être. Mais là aussi les chiffres sont impitoyables. Si le taux d’augmentation de la fonte était diminué à un facteur de 3, nous serions toujours dans une courbe fortement exponentielle et l’échéance serait repoussée d’une trentaine d’années seulement.

Pire, il y a forte à croire que le taux d’augmentation de la fonte, loin de diminuer, va augmenter, et ce pour deux raisons :

  • Par rapport à la moyenne globale, le réchauffement de la région arctique sera supérieur de 2-3°.
  • Dans l’AR5 quand on parle de la fonte de la glace du Groenland, on évoque seulement la fonte de surface, alors que nous savons déjà qu’elle fond de partout : dessus, dessous et dedans.

Tout ceci est inquiétant. Je pensais que ma mort – dans 20 ou 25 ans – m’éviterait de vivre les pires conséquences de notre folie collective. Mais je n’en suis plus très sûr.

Advertisements
This entry was posted in Changement climatique, Climate change, In French and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s