Nous avons cassé les rythmes de la Terre

Je tiens à exprimer mes remerciements à l’ARPE de Chantonnay, qui m’a donné l’occasion de parler du changement climatique en public, la semaine dernière. Une audience de 50-60 personnes m’a réservé un accueil sympathique et attentif ; et on ne m’a même pas sifflé quand j’ai parlé pendant une heure au lieu de… 30 minutes !

Les supports que j’ai utilisés sont à la disposition de tous ici. Servez-vous-en !

CC pour ARPE

C’est le diaporama.

Mes commentaires

Là, c’est mon anti-sèche !

Ext. Greenland ice melt for blog

Et ça, ce sont mes calculs concernant la fonte exponentielle du Groenland. J’aimerais bien qu’on y trouve une faille parce que, sinon, la conclusion s’impose : on l’a dans le baba !

Al Gore 800K yearsDans cet article, je voudrais revenir sur ce graphique, que vous reconnaissez peut-être même si vous n’étiez pas à Chantonnay. Il s’agit, bien sûr, d’une image particulièrement forte prise du film d’Al Gore, Une vérité qui dérange. J’y reviens parce que cette image nous permet de comprendre l’échelle des dégâts. Bien que cela puisse nous sembler improbable — voire incroyable — nous sommes à l’origine d’un changement d’époque sur Terre. Plus rien ne sera jamais comme avant.

Le graphique représente les derniers 650.000 ans sur Terre avec, en rouge, la variation du CO2 atmosphérique et, en bleu, la température. On voit les vagues successives des ères glaciaires et des interglaciaires qui démarrent abruptement tous les 100.000 ans environ, sous l’effet conjugué des trois cycles de Milankovitch (cf. diaporama ou ici). Après chaque interglaciaire, qui dure 10.000 à 15.000 ans, la température rechute et les glaces reprennent le dessus. A droite, on voit que le taux de CO2, qui avait commencé à tomber à la fin de l’interglaciaire, s’est mis à grimper de manière quasi verticale. De toute évidence, il s’agit là d’une rupture claire et nette par rapport aux rythmes des 6.500 siècles précédents.

Mais ce graphique est encore plus intéressant pour ce qu’on peut en déduire. Forts de nos nouvelles connaissances en matière de climat, nous pourrions être tentés d’en conclure : “Tu vois ? Plus il y a de CO2, plus il fait chaud !” Mais ce serait faux. C’est inverse qui est vrai. Pendant toute cette période de 650.000, la quantité de CO2 “négociable” était constante et se trouvait soit dans l’atmosphère, soit dans l’océan. Les eaux froides de l’ère glaciaire contenaient beaucoup de CO2, qu’elles libéraient au fur et à mesure que la température montait. Ainsi, le CO2 atmosphérique variait entre 200 et 300 ppm mais ne montait jamais plus haut. Globalement, le système opérait en vase clos : il n’y avait pas d’autres sources de d’énergie (chaleur) ni de CO2. Le CO2 était constant, mais — grâce aux cycles de Milankovitch — l’énergie était variable : autrement dit, le taux de CO2 atmosphérique était déterminé par la température.

Cela n’est plus le cas.

Il y a 250 ans, nous avons commencé à brûler du charbon, puis du pétrole, et ce faisant nous avons libéré de vastes quantités de CO2 “nouveau”. En 2013 nous avons passé la barre des 400 ppm ; l’hypothèse la plus optimiste du GIEC envisage un plafond de 450 ; la moins optimiste nous voit atteindre les 1.200 à la fin du siècle. Tout laisse penser que nous arriverons allègrement aux 500 à 600 ppm. Ce CO2 nouveau dépasse très largement la capacité d’adaptation du système à vase clos. Le CO2 entre dans l’atmosphère, il y reste, et il y restera longtemps. S’ensuit une augmentation inexorable de l’effet de serre, et la température monte.

Désormais, le température est déterminée par le CO2 atmosphérique.

Et ça, il faut bien se le mettre dans la tête : en 250 ans, nous avons inversé la dynamique d’un système qui tournait depuis plus d’un demi-million d’années.

Où cela va-t-il nous emmener ? Personne ne peut vous le dire. Mais, comme dirait Sam, ça n’a pas l’air d’être génial.

Advertisements
This entry was posted in Changement climatique, In French, Uncategorized and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s